Attraits touristiques

Tour à feu

C’est en 1907 que la Division de la protection des forêts s’intéresse à un système ingénieux de détection de feux de forêts à savoir l’implantation de tour à partir des points culminants des plus hauts sommets de la région.

Les premières tours à feu ont vu le jour vers 1912. Chaque tour à feu est construite sensiblement de la même façon. Faites d’une structure d’acier, elles peuvent atteindre une hauteur de 25 mètres et sont surmontées d’une cabine octogonale de 2 mètres de diamètre. Le système de communication était composé d’un téléphone avec fil, reliant la tour au village le plus près. La cabine de chaque tour est équipée d’une chaise, d’une carte du territoire à protéger, d’un cercle azimutal (outil apparenté à la boussole), d’une alidade, de jumelles et des formulaires de rapport que le gardien doit remplir.

Au pied de la tour était érigée un camp en bois, sans eau courante ni électricité, contenant un lit, un poêle à bois, un lavabo, une chaise et une berceuse et le matériel nécessaire à son travail.

La tour de Saint-Rémi aurait été érigée vers 1930. Après la 2e guerre mondiale on en dénombrait entre 500 et 600 au Québec.

La tour de Saint-Rémi a été achetée par la municipalité en 1987 et restaurée en 1996, elle est une des dernières encore debout. Bien entendu il est impossible d’y grimper, par contre sur le sommet la vue est imprenable sur le ruisseau Brochet, le village de Saint-Rémi d’Amherst et les environs. On peut y accéder par un sentier aménagé et entretenu par la municipalité sur le chemin Saint-Louis.